L'actualité immobilière de l'agence L'Immeuble
30 sept

En tant que locataire d’un bien immobilier à Toulouse, êtes-vous concerné par la suppression de la taxe d’habitation ?

157©-Richard-Villalon-copy

On connaît désormais les plafonds d’exonération de la taxe d’habitation, réforme voulue par le candidat Emmanuel Macron qui entrera en vigueur dès 2018 et permettra à 80 % des Français de payer moins d’impôt (en moyenne, les habitants des grandes villes devraient économiser 1097 € par an). Vous louez un appartement à Toulouse ? Alors, serez-vous complètement exonéré de la taxe d’habitation en 2020 ? Faisons le point sur les précisions dévoilées par le gouvernement.

Pour bénéficier de cette mesure dès l’année prochaine, il faut respecter les plafonds déterminés par le gouvernement. Si vous vivez seul(e), vos revenus ne doivent pas dépasser 30 000 € par an (27 000 € de revenu fiscal de référence). Si vous êtes un couple sans enfant, ils ne doivent pas être supérieurs à 48 000 € (43 000 € de revenu fiscal de référence). Si vous vivez en couple et que vous avez un enfant, ils doivent se maintenir en dessous de 54 000 € (49 000 € de revenus de référence). Vous devez ajouter 8 000 € à votre RFR pour les deux demi-parts supplémentaires et enfin 6 000 € par demi-part en plus.

Une réforme en plusieurs étapes
Le discours de politique générale d’Édouard Philippe devant les parlementaires en juillet avait fait grincer des dents et fait craindre un changement de cap du gouvernement, mais non, la réforme de la suppression de la taxe d’habitation aura bien lieu. Elle baissera par palier pour 80 % des ménages puis elle concernera les 20 % restant. En fait, elle sera échelonnée sur 3 ans, de 2018 à 2020, avec un tiers à payer en moins par année. Par exemple, pour une taxe d’habitation de 600 euros, le contribuable ne paierait plus que 400 en 2018, 200 en 2019 et plus rien en 2020. D’ici la fin du quinquennat, tous les Français devraient être concernés.
Les maires font grises mines. Le manque à gagner pour les collectivités s’élève à 10,4 milliards d’euros et ils craignent que la compensation financière soit insuffisante !

C.V. / Bazikpress © Richard Villalon

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée